From the Lisbon agenda to the Lisbon treaty: national research system in the context of European integration and globalization


848443303

Dans Henri Delanghe, Ugur Muldur and Luc Soete (Eds) European Science and Technology Policy, Edward Elgar Publishing Limited, Cheltenham, UK, 2010, p. 101-126.

Integracion productive y financiera en la Union Europea. De la sinergia al conflicto


tapasmall

Puente@Europa, Dinamicas productivas de la integración: comercio, moneda, trabajo e industria, Ano VIII, n° 1, Abril 2010, p. 31-47.

Promoting learning in the enterprise: the lessons of international


OECD-KRIVET (2004): Adult learning policies and practices. Proceedings of a joint OECD-KRIVET International Conference, p. 181-224

Institutional Reforms for Growth, Employment and Social Cohesion: Elements of a European and National Agenda


November 1999, dans Portugal 2000, reports prepared for the
Portuguese Presidency of the European Union. Action line : “Employment,
Economic reforms and Social cohesion – For a Europe of innovation and knowledge”, Cabinet of Prime Minister, January 2000, p. 121-183.

Réformes des procédures européennes et croissance


Rapport du Conseil d’Analyse Economique, n° 27, Questions européennes, Pierre
Jacquet et Jean Pisani-Ferry & alii, La Documentation Française, Paris,
2000, p. 72-108.

Europe in the world technological competition


avec Bruno AMABLE Structural change and Economic Dynamics, 6 (1995), p. 167-183.

Pôles de compétitivité, stratégie industrielle et politique économique


 » Compte tenu de l’actualité des discussions sur le devenir industriel de la France , il peut être éclairant de faire retour sur un article datant de 1982. Il diagnostiquait la plupart des faiblesses structurelles qui se sont manifestées depuis lors par une désindustrialisation marquée en dépit de diverses tentatives de  politique industrielle et ou d’innovation alternatives. Quelles leçons tirer de cet écart entre diagnostic et capacité  de la politique économique à infléchir une trajectoire nationale peu favorable ?   »

Actes des journées de travail des 15 et 16 Novembre 1982 : Une politique industrielle pour la France.(En collaboration avec Michel Aglietta)

                 Couverture Orange CEPREMAP‑CEPII n° 8223, Décembre 1982, 58 p.

Résumé –

Ce travail esquisse une représentation des relations croisées entre situation vis à vis des échanges extérieurs, orientation générale de la politique industrielle et effets sur l’industrie de la politique sociale, économique et financière. Après avoir défini un pôle de compétitivité par les multiples effets d’entraînement qu’il exerce dans l’ensemble du système productif, on montre que les difficultés actuel­les de rééquilibre du commerce extérieur français tiennent pour une large part au faible nombre et à la fragilité de ces pôles. De fait la compétitivité globale dépend de façon cruciale de l’ensemble des formes d’organisation propres à chaque pays, qu’elles concernent les relations professionnelles du travail, les relations entre grande industrie et sous‑traitance, le pouvoir d’impulsion de l’Etat sur l’innovation technique et industrielle, la qualité de la formation générale et professionnelle et celle de ses liens avec l’industrie. C’est précisément dans ces divers domaines que le papier suggère des axes stratégiques pour une politique industrielle tenant compte de la gravité de la présente crise. On insiste ainsi tour à tour sur le rôle fondamental de la compétitivité acquise par une suprématie concer­nant la qualité, l’importance de la diffusion des nouvelles technologies à l’ensemble des branches, l’intérêt de relations directes entre utilisateurs et producteurs. Selon la problématique développée, la gestion de la contrainte extérieure devrait être pragmatique et diffé­renciée car orientée par rapport à l’objectif essentiel de constitution à terme de nouveaux pôles de compétitivité. On examine enfin les risques de conflit de cette politique industrielle avec la politique macroécono­mique. On souligne ainsi les possibilités d’antagonisme entre compétiti­vité et emploi ‑ tout au moins à moyen terme ‑, entre politique de désin­flation et transfert d’une partie significative du revenu en direction de l’industrie. On montre enfin les effets défavorables sur l’industrie d’une politique de change inadéquate et on plaide en faveur d’une meilleure articulation entre politique industrielle et gestion straté­gique du change. Le travail insiste en conclusion sur la nécessité de définir de nouvelles règles du jeu et de construire progressivement de nouvelles formes d’organisation. L’innovation économique et sociale plus encore que technologique est sans doute au cœur des années quatre-vingt.