Present and future of globalization ! Seven features derived from régulation theory


Present and future of globalization ! Seven features derived from régulation theory


Paper prepared for the « Forum de la régulation« ,
La théorie de la régulation à l’épreuve des crises, Paris 10-12 juin 2015

 

Specificity, Continuity and Transformations of American Capitalism


Préface à l’ouvrage  edited by Laurence Cossu-Beaumont, Jacques-Henri Coste and Jean-Baptiste Velut (2016): The Crisis and Renewal of American Capitalism: A Civilizational Approach to Modern American Political Economy, Routledge, London and New York, p. xvii-xxii

 

Economie Politique des capitalismes


Théorie de de la régulation et des crises, La Librairie de l’Eco Vendredi 4 décembre 2015, présenté par Emmanuel Lechypre, sur BFM Business.

Crecimiento, empleo y equidad: el nuevo papel del Estado


Revista de Trabajo – Nueva Epoca, Ano 11, n° 13, Ministerio de Trabajo, Empleo y Seguridad Social, Buenos Aires (Argentina) 2015, p. 91-110.

Économie politique des capitalismes. Théorie de la régulation et des crises


Grand Repère Manuel, La Découverte, Paris, Octobre 2015

Pourquoi le régime de croissance des trente glorieuses s’est-il enrayé ? Comment expliquer que les innovations financières aient d’abord accéléré la croissance avant de déboucher sur une crise majeure ? L’euro, supposé unifier le vieux continent, ne creuse-t-il pas une fracture Nord-Sud ?
La théorie de la régulation répond à ces questions. Lors de sa création, dans les années 1970, elle a emprunté à Marx l’analyse de la dynamique du capitalisme, à l’école des Annales la nécessité d’une mise en perspective historique longue, aux post-keynésiens les outils de la macroéconomie. Depuis, elle n’a pas cessé de retravailler ses concepts, ses méthodes, et d’étendre son champ d’application. Aujourd’hui, sous l’hypothèse fondatrice du rôle déterminant des institutions et de leur architecture, elle est une économie politique qui explique les régimes de croissance stabilisée et leurs crises, avec une attention particulière à l’articulation de l’économique et du politique.
Cet ouvrage expose les notions centrales de la théorie de la régulation en les situant par rapport aux théories orthodoxes, mais aussi aux différentes alternatives hétérodoxes. Ce manuel d’économie politique, sans équivalent, synthétise plusieurs décennies de travaux d’un réseau international de chercheurs.

L’avenir du capitalisme ?


Présentation au JECO 2015 Théâtre des Célestins (REPLAY) (2015… par journéeseconomie  le 15 Octobre 2015

 

A quoi servent les économistes?


Interview France Culture, les Matins de l’économie, le 13 octobre 2015

Entre crises et rebonds: un futur ouvert à tous les possibles


Le Monde, les Journées de l’Economie, p. 11, 11 Octobre 2015

A world of contrasted but interdependent inequality regimes: China, United-States and European Union


Review of Political economy, Vol. 27, n° 4, October 2015, p. 481-517.

 

Abstract:

A number of contemporary paradoxes warrant explanation. First, in China, economic development has reduced poverty but dramatically increased inequalities. Second, the finance-led growth regime of North America has brought about a rupture with the Fordist Golden Age, causing a surge of inequality because of quite specific spill-over effects from the economy to policy. Third, the Eurozone crisis is often perceived as reflecting the limits of welfare states and the ideal of social equality, but some countries continue to exhibit an extended welfare system, moderate inequalities and a dynamic innovation and production system. To explain these paradoxes, this article applies a socio-economic approach based upon the concept of inequality regimes. Conventional interpretations stress the universality of the mechanisms that widen individual inequalities within each nation-state but reduce the hierarchy of national standards of living. This analysis, however, concludes that China, North America and Europe do not follow the same trajectory at all, since they have developed contrasting regimes of inequality that co-evolve and are largely complementary at the global level. This suggests an alternative to the hypothesis of an irreversible globalization of inequality.

1 2 3