Rien à voir avec les crises du capitalisme


L’Histoire , n° 475, Septembre 2020.

Pour Robert Boyer, nous ne vivons pas la répétition d’une grande crise du capitalisme comme en 1929, mais une mise à l’épreuve de la capacité des États à répondre à la demande de sécurité sanitaire, économique, et finalement écologique, des citoyens.

L’Histoire : En quoi la crise que nous vivons aujourd’hui se distingue-t-elle des crises du passé ?

Robert Boyer : La grande nouveauté, c’est que la situation actuelle n’est pas le produit des mécanismes internes au capitalisme comme ce fut le cas en 1929, 1973 ou 2008. En 1929, la crise surgit des contradictions d’un régime d’accumulation caractérisé par une production de masse sans consommation de masse. D’où une chute abyssale de la production, avec déflation et paupérisation de la population. En 1973, c’est le modèle fordiste, fondé sur la conjonction d’une production de masse et d’une consommation de masse, qui s’enraye : à partir de 1967, les États-Unis sont touchés par une accélération de l’inflation, une stagnation de la productivité et, par contrecoup, une tension sur les salaires et un décrochage du statut du dollar. Contrairement à 1929, la demande est bien présente, mais c’est la production qui n’arrive pas à suivre. Le …

Les capitalismes à l’épreuve de la pandémie


Editions la découverte, Paris, 1er Octobre 2020.

Annexes : Graphiques, figures et tableaux complémentaires à l’ouvrage, Présentation, Introduction, Chapitre 1, Chapitre 2, Chapitre 3, Chapitre 4, Chapitre 5, Chapitre 6, Chapitre 7, Chapitre 8, Chapitre 9, Conclusion.

Depuis le début de la crise mondiale de la covid-19, les questionnements sur l’avenir des capitalismes se sont multipliés. Et nombre de voix se sont élevées pour que les « jours d’après » ne soient plus jamais comme « ceux d’avant ». Dans le court terme, les pronostics étaient confrontés à une incertitude radicale, invitant à la prudence : il faudra du temps pour démêler l’écheveau des responsabilités et construire d’éventuelles alternatives.
D’où l’importance de comprendre les ressorts de la crise. Comme l’a montré le célèbre 18 Brumaire de Louis Bonaparte de Marx (1852), les meilleures analyses « à chaud » sont le fait d’auteurs ayant une vision de la dynamique du système sur un horizon long. C’est pourquoi Robert Boyer, contributeur majeur de l’École de la régulation – qui étudie l’économie comme partie intégrante de sociétés traversées par l’histoire –, est bien placé pour relever ce défi. Lors de crises précédentes, il a démontré la valeur explicative de cette approche, qui prend en compte à la fois les inerties tendant à la reproduction du système et les forces impulsant sa transformation : l’issue n’est pas écrite à l’avance et plus longtemps durent les crises, plus le retour à la situation antérieure devient improbable.
Dans cet essai, l’auteur donne à comprendre les processus déclenchés en 2020 et éclaire sur le champ des possibles. La dislocation des relations internationales, l’éclatement de la zone euro, la déstabilisation de l’État social, la montée des populismes ne sont pas improbables. Mais n’est pas non plus exclue une grande bifurcation vers un nouveau modèle construit sur la complémentarité entre éducation, formation, santé et culture, qui répondrait à la demande de solidarité des citoyens et aux exigences de la transition écologique.

Quelles données pour quels modèles ? Diagnostic de la pandémie, diagnostic de la crise


Présentation PowerPoint au Séminaire Cournot du 16 avril 2020

Le Coronavirus, analyseur de l’économie et de la société états-unienne


Participation au blog sur le Covid 19, Institut des Amériques, 11 avril 2020

From Economics as Fiction to Fiction-Led Capitalism


in The fictions of American capitalism : working fictions and the economic novel,  Jacques Henri Coste et Vincent Dusol (Eds),  Livre électronique, Palgrave Macmilan, March 2020, p. 37-68.

 

¿Capitalismo de plataforma transnacional, capitalismo de estado o un declive impuesto por la ecología?


Espagnol. Présentation Powerpoint, Conférence au Colegio de Mexico le 16 janvier 2020.

After the crisis: lessons on economic and political paradigms and policies


The pedagogy of economic, political and social crises: Dynamics, construals and lessons, Bob Jessop and Karim Knio (Eds), Routledge: Frontiers of Political Economy, London, New-York, juin 2018, Chapitre 8, p.139-165.

Igualdade y desarrollo: De la investigación académica a las estrategias políticas


Présentation au séminaire « Las relaciones con Francia y Europa ante los desafios del desarrollo sostenible con igualdad en América Latina y el Caribe », Maison des Amériques, Jueves 6 de diciembre de 2018

 

 

L’économie des plateformes : Continuités et nouveautés


Présentation préparée pour le Séminaire du Centre Cournot «Les fondements et les enjeux de la plate-formisation de l’économie»,Maison des Sciences Economiques, Paris 8 Octobre 2018

Do Globalization, Deregulation and Financialization Imply a Convergence of Contemporary Capitalisms?


Discussion Paper Series 2018 #09:  PAR  · PUBLIÉ  · MIS À JOUR 

Abstract

Distinctive political compromises prevailed and explained various brands of capitalism observed from WWII to the early 1990s. Is this key finding by régulation research been still valid given the wide diffusion of common structural changes since the 2000s: slow productivity in the industrialized world, overwhelming impact of finance, rise of inequalities within many Nation-States in response to deregulation, social and political polarization, open conflict between capitalism and democracy, the trading place between mature and emerging economies? These stylized facts challenge most economic theories but they can be explained by an institutionalist and historical approach that also helps in redesigning a relevant macroeconomic approach. Each capitalism brand displays specific complementarities among institutional forms and their growing interactions imply more their complementarity than their frontal competition. Consequently, all capitalisms have been transformed but they do not converge towards a canonical configuration. The rise of nationalist movements may challenge the present international relations but they should not underestimate the economic and social costs of their protectionist strategy.

 

1 2