Les capitalismes à l’épreuve de la pandémie


Editions la découverte, Paris, 1er Octobre 2020.

Annexes : Graphiques, figures et tableaux complémentaires à l’ouvrage, Présentation, Introduction, Chapitre 1, Chapitre 2, Chapitre 3, Chapitre 4, Chapitre 5, Chapitre 6, Chapitre 7, Chapitre 8, Chapitre 9, Conclusion.

Depuis le début de la crise mondiale de la covid-19, les questionnements sur l’avenir des capitalismes se sont multipliés. Et nombre de voix se sont élevées pour que les « jours d’après » ne soient plus jamais comme « ceux d’avant ». Dans le court terme, les pronostics étaient confrontés à une incertitude radicale, invitant à la prudence : il faudra du temps pour démêler l’écheveau des responsabilités et construire d’éventuelles alternatives.
D’où l’importance de comprendre les ressorts de la crise. Comme l’a montré le célèbre 18 Brumaire de Louis Bonaparte de Marx (1852), les meilleures analyses « à chaud » sont le fait d’auteurs ayant une vision de la dynamique du système sur un horizon long. C’est pourquoi Robert Boyer, contributeur majeur de l’École de la régulation – qui étudie l’économie comme partie intégrante de sociétés traversées par l’histoire –, est bien placé pour relever ce défi. Lors de crises précédentes, il a démontré la valeur explicative de cette approche, qui prend en compte à la fois les inerties tendant à la reproduction du système et les forces impulsant sa transformation : l’issue n’est pas écrite à l’avance et plus longtemps durent les crises, plus le retour à la situation antérieure devient improbable.
Dans cet essai, l’auteur donne à comprendre les processus déclenchés en 2020 et éclaire sur le champ des possibles. La dislocation des relations internationales, l’éclatement de la zone euro, la déstabilisation de l’État social, la montée des populismes ne sont pas improbables. Mais n’est pas non plus exclue une grande bifurcation vers un nouveau modèle construit sur la complémentarité entre éducation, formation, santé et culture, qui répondrait à la demande de solidarité des citoyens et aux exigences de la transition écologique.

Comment sauver l’économie du COVID-19 ?


Intervenants : Robert Boyer (Centre Cournot, Institut des Amériques), Xavier Ragot (OFCE), Les débats du Centre Cournot, en ligne, mars 2020.

 

Public goods in the era of spatial heterogeneity and weak political impulse: Implications for the European Union


Séminaire présenté à l’EHESS, Paris, 10 février 2014

L’accord entre Athènes et ses créanciers est inefficace et dangereux


Le Monde, 4 septembre 2015, p. 6. (version complète)

Représentations, intérêts et pouvoir. Aux origines de l’Euro et des politiques d’austérité


AmiensBoyer3-5dec2014V1Présentation au Colloque « Crise de l’euro, effets discursifs et changements institutionnels : approches transdisciplinaires », CRIISEA, UFREG/Université de Picardie Jules Verne, 3-5 décembre 2014.

Euro does not imply productive convergence (The)


Chapitre 1 in Structural Change, Competitiveness and Industrial Policy: Painful , Lessons from the European Periphery [Format Kindle], Sous la direction de Aurora A. C. Teixeira, Ester Silva and Ricardo Mamede, Routledge, 2014

What have we learnt from the succession of crises?


Whathavewelearnt7 Contribution to the project “Crises, changes and continuity”

Seminar at International Institute of Social Studies, The Hague, Netherland,  20th February 2014

Où va l’Union européenne? Sept scénarios pour l’avenir de l’Union européenne


1390389434_001_CV_EcoPo61

 

L’économie politique, n° 61, janvier 2014, p. 54-67.

Euro Crisis and European Political Economy (the): France, Germany and Central Europe


Ed. by Robert Boyer, Ivan T. Berend, and Kumiko Haba, Aoyama Gakuin University, Tokyo, 2013.

Origins, Unfolding and Ways out of the Euro Crisis, The European union at the crossroads


in The Euro Crisis and European Political Economy: France, Germany and Central Europe, Ed. by Robert Boyer, Ivan T. Berend, and Kumiko Haba, Aoyama Gakuin University, Tokyo, 2013, p. 25-56.

1 2 3